Aller au menu | Aller au contenu

Cercle des entreprises mécènes

A Sceaux, l'Orangerie restaurée


Dans le cadre de la restauration de l’Orangerie, le Département a entrepris des études pendant six mois avant de débuter les travaux. Il a fallu un an. Aujourd’hui, les façades et l’intérieur du bâtiment ont été rénovées, et l’édifice stabilisé. Les travaux concernaient la révision de la couverture, la restauration des menuiseries de bois, la restauration et la consolidation des façades en pierre, les travaux de peinture intérieure dont la restauration des mascarons et des éléments décoratifs de la frise sculptée en staff, la rénovation des éclairages ou la rénovation de la voûte acoustique. Le conseil départemental a investi 3,1 millions d’euros dans cette restauration qui garantit la pérennité du bâtiment classé au titre des Monuments historiques. Au-delà de l’Orangerie, le Département a également pris en charge l’ensemble du Domaine de Sceaux avec la restauration des bâtiments et des jardins : le Pavillon de l’Aurore (2000), les Écuries (2006), la toiture du Château (2012), les parterres de broderies de buis (2013) et prochainement le Petit-Château (2016-2017).

Plus de trois siècles d’histoire
L’Orangerie a été érigée en 1686 pour le marquis de Seignelay, fils aîné de Colbert, par Jules Hardouin-Mansart, architecte du roi, et utilisée d’abord comme une galerie d’art pour y présenter, notamment, les peintures de Charles Le Brun. Les ornements sculptés, constitués de mascarons et d’une frise végétale, sont l’œuvre d’André Goupil et René Chauveau, actifs sur le chantier de Versailles. Au XVIIIe siècle le bâtiment devient une orangerie et abrite les arbustes précieux du Domaine. L’édifice est amputé d’un tiers par un obus lors de la guerre franco-prussienne de 1870. Classée Monument historique en 1925 et dévolue au département des Hauts-de-Seine en 1971, l’Orangerie accueille expositions, concerts, conférences et colloques. Actuellement, un ensemble de sculptures qui ornait le parc à l’époque des Colbert y est présenté. L’Orangerie retrouve ainsi sa vocation première de galerie d’œuvres d’art. L’édifice a bénéficié au siècle dernier de plusieurs restaurations et aménagements importants.
Utilisée comme grange au début du XXe siècle, elle a été réhabilitée dans les années 1930, lorsque le Département de la Seine venait de l’acquérir. Dans les années 1970 des travaux de dallage, de chauffage et d’éclairage ont été réalisés. À la fin des années 1980, le Département a réalisé des locaux d’accueil, des locaux techniques et des réserves en sous-sol. Puis, des désordres de plus en plus apparents sur les façades ont conduit à solliciter l’étude d’un projet de restauration auprès de l’architecte en chef des Monuments historiques.

En savoir plus :
Plus d’informations  sur domaine-de-sceaux.hauts-de-seine.fr
L’Orangerie du Domaine départemental de Sceaux peut désormais accueillir des manifestations privées organisées par des entreprises (soirées privées, dîners, cocktails, présentations de produits, séminaires…). Renseignements et réservations : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ou 01 47 29 41 48